L’AMOUR, TOUJOURS L’AMOUR

Conférence

Géraldyne Prévot Gigant sur « se prérparer à la rencontre » (photo Joseph Polidori)

Cette conférence a été mise en place sous l’impulsion d’Annie Jolec un remarquable personnage. Une personne qui sait vous mettre à l’aise dès les premiers instants de la rencontre. Annie Jolec est également une organisatrice de soirées à thèmes. Ce jour-là, elle vous emmène dans l’une dès thématique qui ne laissera pas indifférents les cœurs à la recherche de l’Amour. Avec comme intervenante de talent, la somptueuse Géraldyne Prévot Gigant, psychothérapeute de formation et spécialiste de la question amoureuse et de la relation de couple. C’est avec pas moins de soixante auditeurs que la conférence prenait forme. Pour planter le décor, soixante tables et chaises étaient alignées collégialement, tandis que les serveurs se bousculaient pour apporter les boissons et rafraichir l’ensemble de l’auditoire. C’est du haut de ses chaussures à sangle noires et hautes , que Géraldyne dessine des arabesques de sa main gauche comme pour annoncer la prochaine étape de la conférence.

Un auditoire très à l’écoute – (photo Joseph Polidori)

Géraldyne Prévot Gigant, devant son auditoire très attentif, feuillets aux bouts des doigts, commence sa conférence avec les premiers mots “une rencontre ça se prépare”. Elle donne les clefs pour réussir là ou beaucoup échouent. Très écoutée par un public avide de connaissances, Géraldyne donne une mine d’information pour vaincre le célibat vécu pour bon nombre d’entre-nous comme une forme de tabou et d’échec. En suivant ce chemin pour arriver à ce que la rencontre soit des plus belle, et après quelques minutes de narration, la conférencière demande à son auditoire combien sont célibataires? Très peu lèvent la main. Est-ce par timidité? ou est-ce parce que le célibat comme l’indique la conférencière est un sujet tabou? Vivre son célibat ne doit pas être une contrainte, ni un obstacle, ni un poids, mais comme une valeur au même titre que d’être en couple. La société renvoi des clichés tout faits.

(photo Joseph Polidori)

<<Comme si être en couple rendaient les problèmes inexistants.>>

Être célibataire ne devrait pas poser de problèmes au même titre que les personnes PACSE ou vivant maritalement. Comme le dit clairement Géraldyne Prévot Gigant << J’ai été célibataire et je l’ai vécue très bien. Mais cela ne voulait pas dire que je ne faisais rien>> Et elle se met à sourire entraînant ainsi une foule de personnes à suivre son rire très communicatif . Elle explique également << qu’être célibataire, ce n’est pas être sans flirt, ni sans vie sexuelle.>> Bien au contraire, c’est vivre pleinement sa sexualité sous une forme sociétale différente du couple. Quand certains se renferment dans un amour interdit, d’autres se libèrent. Le célibat ne doit pas vous couper du rester du monde de l’amour. C’est comme si vous plantiez des barreaux autour de vous et arriviez au dernier barreaux, vous construisez autour de vous votre propre prison. Trois sorte de célibat qui renoncent à l’amour. Ceux qui se mettent en superiorité, ceux qui s’infériorisent et ceux qui s’excluent. Il y a cependant une catégorie à part. Celle qui est en colère. En d’autre terme, ceux qui s’externalisent (personnes qui se mettent l’extérieur du célibat et qui n’acceptent pas le célibat) Ce n’est pas de ma faute, mais de la faute des autres.

Annie Jolec (à gauche), organisatrice de l’événement & Géraldyne Prévot Gigant, conférencière et psychothérapeute et spécialiste de la question du célibat. Toutes deux entourées de trois participants.
Géraldyne Prévot Gigant, comment définiriez-vous le célibat? << C’est une merveilleuse opportunité pour faire le point sur soi. Soit lors d’une rupture, ou d’un célibat tout simplement, c’est devenir maître de la situation et non victime du célibat et le subir.>> Quand certaines et certains se plaignent de rencontrer toujours le même profil de personnes. Comme des infidèles, des manipulateurs (ces)… A la question posée pourquoi? G.P.G nous répond : << On y est pour quelque chose. Et la bonne nouvelle, c’est que l’on peu faire quelque chose pour que cela change .>> Ainsi, le célibataire n’est pas victime de la situation mais fait en sorte que cela change. Et prend de facto sa vie en main pour ne pas reproduire son fameux schéma répétitif. Mais pas de panique. Être responsable de cette situation, ne doit pas vous faire culpabiliser. C’est tout simplement votre inconscient qui vous joue des tours. Alors que vous soyez célibataire contraint et forcé ou tout simplement parce que vous l’avez décidé. Ce n’est pas une fin en soi.

Bibliographie Géraldyne Prévot Gigant – photo Joseph Polidori
Et si vous vous posez encore des questions sur le sujet. Tournez-vous vers les ouvrages écris par Géraldyne Prévot Gigant, qui vous aideront à définir votre place dans se monde du célibat qui ne cesse de grandir. Mais n’oublions pas, que nous sommes tous maître de notre vie et à fortiori de notre célibat.